Les propriétaires ne veulent pas perdre leur prêt à taux d’intérêt unique

Les propriétaires ne veulent pas perdre leur prêt à taux d’intérêt unique

De nombreux propriétaires souhaitent conserver leur prêt hypothécaire à taux d’intérêt unique. Quelles sont leurs principales objections au remboursement et sont-elles justifiées ?

Poursuivre avec une hypothèque à taux d’intérêt unique

L’appel de l’Autorité des services et marchés financiers (FSMA) à racheter les prêts hypothécaires semble être tombé dans l’oreille d’un sourd. La majorité des propriétaires ayant contracté une hypothèque à taux d’intérêt unique souhaitent conserver leur hypothèque.

Les intérêts pénalisés constituent le principal obstacle au remboursement.

Les répondants ont le plus souvent cité les intérêts de pénalité (27%) comme raison du non-remboursement. C’est remarquable, car les possibilités de remboursement sans pénalité sont nombreuses de nos jours :

  • Chaque année, 10 à 20 % du montant du prêt hypothécaire (selon le prêteur) peuvent être rachetés sans pénalité.
  • La conversion de l’hypothèque sans intérêt en une annuité ou un remboursement linéaire est sans pénalité. A condition que l’hypothèque soit maintenue auprès de la même banque pour la période d’intérêt fixe restante.

Vous préférez ne pas enfermer vos biens dans une hypothèque ?

Pour pouvoir rembourser un prêt hypothécaire, il faut évidemment avoir des biens. Parmi les personnes interrogées, 12% ont déclaré que leur capital ou la croissance de leur capital étaient trop limités pour effectuer des remboursements.

Avoir des actifs ne signifie pas toujours qu’ils seront utilisés pour le prêt hypothécaire. 24% des répondants ont déclaré vouloir pouvoir disposer librement de leur capital et n’ont donc effectué aucun remboursement.

C’est un choix judicieux si un achat important est prévu dans les 3 à 5 ans. Dans d’autres cas, le capital est souvent dormant sur le compte bancaire. En raison de la combinaison du faible taux d’épargne, de l’inflation et éventuellement de la taxe sur le rendement, la valeur des fonds propres diminue chaque année. Le remboursement du prêt permet de réduire le taux d’intérêt hypothécaire et les coûts mensuels au fil du temps. C’est un retour garanti.

L’hypothèque sans remboursement est un risque ?

Le risque plus élevé d’une hypothèque élevée permanente n’est également perceptible que dans un avenir lointain et, espérons-le, jamais. Parmi les personnes interrogées, 20 % ont déclaré qu’elles ne considéraient pas leur prêt hypothécaire comme un risque. Pour certains de ces répondants, le risque est effectivement limité, par exemple si l’hypothèque est partiellement libre de remboursement.

Toutefois, les propriétaires d’un prêt hypothécaire entièrement libre de remboursement courent un risque. Une baisse de revenu (par exemple après la retraite) ou une charge mensuelle plus élevée (après une augmentation du taux d’intérêt ou la perte de l’exemption d’intérêts) pourrait entraîner des problèmes de paiement pour ces ménages.

Conseils sur l’hypothèque à taux d’intérêt unique

Les objections des propriétaires à rembourser un prêt hypothécaire à intérêt unique ne sont donc pas toujours justifiées. La FSMA a donc raison de dire qu’une meilleure information est nécessaire. Cependant, dans ses informations, l’autorité de surveillance se concentre exclusivement sur les risques.

La recherche montre que les propriétaires ont besoin de conseils plus larges en matière d’hypothèque. Outre les risques, il faut également tenir compte des coûts mensuels, des avantages ou inconvénients financiers et des conseils en matière de patrimoine. Ces conseils ont toutefois un prix.

Si les banques souhaitent que les propriétaires remboursent leur prêt hypothécaire à taux d’intérêt unique, elles pourraient offrir ce conseil à leurs clients gratuitement ou à un prix réduit.